De l’hypersensibilité à l’extrasensibilité

Comment passer de l’hypersensibilité à l’extrasensibilité ?

Il y a quelque temps, j’ai fait la connaissance d’une psychologue qui s’est dit “spécialiste de l’hypersensibilité”. Son job principal consistait à aider ses patients et patientes à faire la paix avec leurs hypersensibilité et leur permettre de vivre un peu mieux dans notre monde.
mimosa pudique - hypersensibilité

La crainte de ressentir quelque chose de menaçant

Vous avez certainement déjà touché un mimosa sensitiva, aussi appelé le mimosa pudique. Il suffit d’effleurer ses feuilles pour qu’elles se rétractent. Quelle hypersensibilité ! Mais en fait, c’est une plante qui a compris qu’en donnant à ses feuilles une allure de verdure fanée, elle pouvait paraître nettement moins appétissante pour les brouteurs de la forêt amazonienne. Mais l’hypersensibilité humaine, au contraire, n’est pas un mécanisme de défense, mais plutôt une sensibilité fragile.
Et si nous pratiquions une expérience animale: par exemple en prenant un escargot et en lui touchant ses tentacules ou cornes à chaque fois qu’il sort de sa coquille. Au bout d’un moment, nous aurions réussi à traumatiser cet escargot et il n’osera plus sortir de sa coquille, en tout cas pour un bon moment. Il va alors sortir très très prudemment de sa coquille pour essayer de capter la proximité d’un brin d’herbe qui pourrait lui arriver dessus. A l’extrême, on dira de cet escargot qu’il se trouve dans la crainte de ressentir quelque chose de menaçant, de dangereux.
L'escargot hypersensible
Vous me suivez peut être. Si nous appliquons cela aux humaine, cela voudrait dire que l’hypersensibilité est liée à la crainte de ressentir. Est-ce bien cela ? Si vous êtes hypersensible, je vous invite à donner votre propre définition dans les commentaires.
Quelle est la crainte qu’il y a derrière votre sensibilité, quelle est la crainte d’une personne agoraphobe, quelle est la crainte d’une personne claustrophobe, derrière la crainte du noir ou de la crainte de la pleine lune.

Comment sortir de cette crainte de la menace

En avril 2020, j’ai donné un webinaire, suivi d’un atelier en ligne via via l’académie de la nouvelle vie (voir le lien un peu plus bas) . Dans l’atelier, j’explique le processus qui permet de se libérer de traumatismes d’incarnations antérieures provoquant des peurs et des angoisses devant la menace d’agents pathogènes, de bactéries, de virus, etc. Or, cette même méthode peut être mis en pratique par une personne hypersensible lorsqu’elle désire se libérer de certaines phobies, angoisses, peurs qui décrivent son état d’hypersensible. c’est l’approche la plus radicale que je propose, pour laquelle je peux aussi vous coacher: sortir de l’état d’hypersensible pour aller vers l’extrasensibilité. Dans l’état d’extrasensible, votre sensibilité est à votre service alors que dans l’hypersensibilité, la personne est l’esclave de sa sensibilité blessée.

Comment booster notre immunité: Replay du webinaire du 3 Avril et atelier du 9 Avril

Suite à cet atelier, j’ai reçu plusieurs retours très encourageants de personnes qui ont commencé de pratiquer cette méthode, expliquée en ligne, et qui ont obtenu des résultats, en l’occurrence une diminution de leur angoisse face au risque d’infection liée au coronavirus.
La méthode est la même pour d’autres situations. Lorsque la peur ou l’angoisse et générée par un virus, on dira que le virus en est l’activateur. Pour une personne agoraphobe, le fait de se trouver plongé dans la foule, ou la simple idée de devoir se rendre à un endroit où il y a un risque de se trouver plongé dans une foule, constitue l’activateur d’une angoisse. Ce qu’il y a derrière l’angoisse, c’est le reliquat d’une situation qui a généré un traumatisme dans une incarnation antérieure. Il n’est pas nécessaire de chercher quelqu’un qui saurait faire une lecture des anales akashiques pour pouvoir lever le traumatisme. Il n’est pas non plus nécessaire de chercher à connaître la source du traumatisme: le simple fait de respecter une procédure permet de réussir la levée de ce traumatisme.

Un exemple de traumatisme: L’agoraphobie

Juliette, agoraphobe, est une femme de 30 ans, elle vient de rencontrer Paul, un gars très gentil qui adore voir les match de Rugby. Très amoureuse, mais angoissée, Julie accompagne Paul au match du samedi. Dès les premiers moments, alors que la foule des spectateurs commence à s’agiter, Juliette est prise d’une crise d’angoisse, proche de s’évanouir, elle est évacuée.
Juliette porte une mémoire qui date du temps des romains, on l’avait obligé à assister à un spectacle de gladiateurs alors qu’elle ne supportait pas la vue de la violence et du sang. Cet exemple montre bien qu’il s’agit de sensibilité maltraitée. Mais comment Juliette peut-elle se libérer de cette mémoire traumatique ? Tout le processus est présenté dans l’atelier de la nouvelle académie et le protocole est accessible à toute personne extrasensible. Donc, même une personne hypersensible peut se libérer de ses traumatismes. Je peux peux aussi accompagner une personne dans ce processus de libération par un coaching (rendez-vous via le site décodage bioénergétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *