Extrasensible et Covid-19

Extrasensible et Covid-19

Qu’est-ce que nous ne pouvons pas cacher derrière notre masque de protection ?

Chacun est libre de se faire une opinion sur la véritable cause de la folie humaine qui s’est déchaînée et que nous aurons bien de la peine à arrêter par le rationnel. Chacun d’entre nous y est entraîné, de manière plus ou moins consciente. Ce qui me frappe, c’est d’un jour à l’autre, nous avons développé une peur terrible de l’autre : “il pourrait porteur du virus”. Cette peur là, je l’ai aussi identifié chez moi avant de m’en dégager. Cette peur-là elle est archaïque, transgénérationnelle (parce que nos aïeux ont vécu des guerres et surtout durant la dernière, on s’est terriblement méfié de l’autre). Ceci a laissé des traces et aujourd’hui, ces traces réapparaissent dans notre comportement, même si l’ennemi n’est pas allemand, français, anglais, mais une grippe transformée en pandémie par une manipulation via les médias. Comme vous, j’ai cru aux alertes lancées par les Chinois. Comme vous, j’ai cru au scénario du virus crée pour nous vacciner, pour nous pucer. Puis peu à peu, la raison est revenue pour réaliser que tout cela, c’était du montage vidéo: du fake news, et terriblement pro. La Terre entière y a cru, et hélas, la majorité d’entre nous y croient encore. Selon de nombreux experts et avertis, les images du virus faisant des ravages à Wuhan ont été crées de toutes pièces! Et nous sommes tous tombés dans le panneau. Mais ceci n’est pas le sujet de ce blog, vous trouverez toutes ces infos si vous vous inspirez d’autres sources d’info que les officielles.
Nous savons tous que la peur est contagieuse, pour plusieurs raisons d’ailleurs. Si vous-même ne vous trouvez pas dévoré par vos angoisses, mental figé, incapable de réfléchir, nous pouvons analyser cela tranquillement.
Très certainement, en sortant de chez vous et en côtoyant le monde, vous avez ressenti l’angoisse des gens. Il y a deux types d’angoisse : celle qui paralyse l’intérieur du cerveau, qui fige, puis celle qui est plutôt dans l’astral, autour de la personne. C’est elle qui fait que l’on n’a pas du tout envie d’approcher une personne dans l’angoisse. L’ennui, c’est que par résonance, l’angoisse perçue chez les autres risque de réveiller la nôtre, il est donc plutôt difficile de rester totalement zen alors que tout le monde autour de soi est dans l’angoisse, et surtout, quand on est extrasensible. Il est alors nécessaire de se faire un nettoyage énergétique après chaque tour dans les lieux fréquentés par les angoissés.
figé par la peur
L’autre source de contagion, c’est la tendance à chercher à se rassurer en bouffant toutes les informations disponibles, comme si le fait de tout savoir pouvait diminuer l’angoisse. L’ennui est que chez un angoissé, la faculté d’analyser l’information est paralysée. Il ne fait plus que de l’ingurgiter sans jamais mâcher, c’est à dire nourrir une réflexion à propos de l’information qu’il vient d’absorber. C’est ainsi que la majorité d’entre nous ont tout lu, mais ne se sont jamais posé la question si ce qu’on leur raconte est vrai ou non. L’angoisse empêche un réflexe naturel de notre mental intelligent de fonctionner. Ces temps, je me dis que les gens sont tous devenus tarés. C’est ça, ils n’analysent plus rien du tout, on leur dirait qu’il faudrait cirer ses chaussures pour réduire le risque de contagion, le lendemain, il n’y aurait plus de cirage dans les étalages.
J’écris tout cela, d’abord parce que j’estime que c’est intéressant de comprendre les mécanismes de l’angoisse, chez soi, chez les autres, mais surtout, parce tout ceux qui n’y sont pas ont un rôle à jouer: Seulement les personnes qui n’ont pas la tête dans le sable sont capables de faire des choix et de les motiver. Quand on ne peut plus faire de choix, on devient des moutons. Et c’est ce qui se passe à large échelle.
Chers extrasensibles, prenez soin de vous quand vous sortez dans l’enclos des moutons, nettoyez-vous en sortant de l’enclos, gardez intact votre lumière intérieure.

Manuel des protections contre les agressions du monde invisble

Les agressions du monde invisible, se protéger efficacement

ça y est, il est enfin disponible …. après 50 ans de maux de tête et 30 ans de travail.

En réalité, tout le monde se fait agresser par le monde invisible. La différence, c’est que les extrasensibles en seront affectés pas seulement physiquement, mais aussi par des ressentis désagréables et des changements d’humeur. Lorsque mon septième chakra est parasité, ou lorsqu’une entité vient se coller à mon champ énergétique, mes corps subtils régissent en défense, et cela me fiche mal à la tête. J’ai donc passé beaucoup de temps de ma vie à comprendre les sources d’agressions et comment les résoudre. Le manuel des protections, c’est le condensé de tout ce que j’ai compris, et surtout, c’est un recueil de recettes qui fonctionnent. Lire la suite

Est-ce ma tête ou ma sensibilité qui commande ?

Dans le monde germanophone, on parle souvent des décisions du ventre, celles qui impliquent les émotions. En France, on parle des décisions de cœur. Et pour vous, comment ça se passe ? De quelle manière vos décisions sont-elles gouvernée par votre sensibilité? Puisque vous faites partie de la famille des extrasensibles, vous avez certainement pris conscience de l’impact de votre sensibilité sur vos choix? Lire la suite

L’émotion est-elle un sens ?

L’origine véritable de l’émotion ainsi que la manière dont elle parvient au cerveau reste une énigme pour la science. Les points de vue s’affrontent et évoluent au gré des résultats d’expériences nouvelles.

En tant qu’extrasensible sur le plan des émotions, je me suis demandé si capter l’émotion ne s’apparente pas, en fin de compte, à un sens au même terme que nos autres sens physiques.

Lire la suite

Comment sortir de la dualité normal-anormal ?

Est-ce normal d’avoir des portes ouvertes aux mondes invisibles ? Est-ce normal d’avoir une sensibilité qui nous fait accéder à des informations que nous n’aurions pas autrement ?

Au Moyen-Âge, ces portes ouvertes étaient assimilées par l’Eglise à des failles dans lesquelles s’engouffre le diable. Pour être un bon fidèle, il fallait afficher une normalité affligeante et cacher scrupuleusement les dons, les qualités extraordinaires qui nous rendent riches et si différents les uns des autres. La psychiatrie, née au 19ème, a entraîné la naissance d’une nouvelle définition de la normalité. Mettre les humains dans deux cases, les normaux et les anormaux, relève d’un fonctionnement primaire et pas moins manichéen que celui des ecclésiastiques des siècles précédents. Classer, ranger, enfermer dans des cases, réduire, tronquer, exclure, sont les adjectifs relatifs à la procédure de normalisation. De nombreuses personnes extrasensibles souffrent de cette normalisation, certains d’entre eux survivent en cherchant à cacher leur sensibilité au monde, de peur qu’elle soit considérée comme anormale.

Comment sortir de cette normalisation ?

Lire la suite

Le coming out de son extrasensibilité ?

Toutes les personnes extrasensibles ont leur histoire. La mienne, je l’ai décrite dans le sous-menu “qui suis-je”.  J’ajouterais à cela que dès mes 18 ans, je me suis intéressé aux récits du Tibet bouddhiste, notamment par les écrits d’Alexandra David Neel, mais j’ai aussi dévoré des livres comme “les secrets de l’aura”, un mélange épicé entre du vrai et de la création romanesque. Ces livres m’ont donné une vague idée de ce que ça pouvait être que de ressentir l’aura ou de pouvoir effectuer des voyages astraux, mais ils ne m’ont jamais permis d’accéder à ma propre extrasensibilité. J’ai bien essayé de capter l’aura mais sans véritable succès. La brèche s’est ouverte plus tard, ce n’est pas moi qui détenait la clé du temps …

Toute personne extrasensible a ses histoires, plus ou moins sympas à raconter
Lire la suite

Extrasensibilité et vulnérabilité

L’un et l’autre semblent liés. D’où en ensemble de pensées à propos de ce duo:

  • je suis vulnérable à cause de ma sensibilité
  • je souffre de ma sensibilité car trop souvent je ne suis pas bien
  • ma vulnérabilité entraîne que je m’interdis de ressentir
  • je serais moins sensible, je serais aussi moins vulnérable

La juxtaposition vulnérabilité et sensibilité, ça ne donne rien de bon. Bref, lorsque nous considérons que l’un et l’autre sont les deux faces d’une seule pièce, ils nous apparaissent comme inséparables et les problématiques qui en découlent nous semblent sans solution.

Lire la suite