Est-ce ma tête ou ma sensibilité qui commande ?

Dans le monde germanophone, on parle souvent des décisions du ventre, celles qui impliquent les émotions. En France, on parle des décisions de cœur. Et pour vous, comment ça se passe ? De quelle manière vos décisions sont-elles gouvernée par votre sensibilité? Puisque vous faites partie de la famille des extrasensibles, vous avez certainement pris conscience de l’impact de votre sensibilité sur vos choix? Quant à moi, j’ai observé que dans le quotidien, ma sensibilité dicte mes envies d’approcher d’une personne ou de garder une certaine distance, mon choix pour un magasin plutôt qu’un autre, un compartiment de train plutôt qu’un autre. J’ai pris pas mal de temps à comprendre que je ne faisais pas toujours les meilleurs choix, et qu’ensuite, je me retrouvais avec un mal de tête dont j’ignorais l’origine. J’en suis venu à considérer trois modes de fonctionnement:
– Dans le premier mode, c’est ma tête qui décide, ça peut bien se passer, mais parfois ça se passe aussi moins bien.
– Dans le deuxième mode, c’est ma sensibilité qui décide, et je constate par la suite que j’ai fait le bon choix.
– Dans le troisième mode, c’est aussi ma sensibilité qui décide, et ça ne se passe pas bien du tout.
Qu’est-ce que je dois en conclure ? Ma sensibilité n’est donc pas fiable du tout?
Les extrasensoriels, aussi sensible qu'une plume
Récemment, en travaillant avec une petite fille dite dyslexique, je me suis rendu compte qu’elle maîtrisait parfaitement bien les lettres qui sont rondes, le a, le o, le c, etc. Mais dès qua la lettre présente une partie droite, elle avait plus de peine à la différencier d’autres lettres, semblables. Que faut-il en conclure ? Un défaut de vision, un problème de cerveau, ou autre chose ? Dans le cas présent, c’était bien sûr autre chose. Ce qui nous empêche de percevoir les choses telles qu’elles sont, c’est la peur. Le peur peut se présenter comme terriblement bloquante pour les processus mentaux. Il fallait donc que je trouve pourquoi la petite fille avait tant peur des lignes droites.
Appliqué à notre questionnement, nous pouvons aussi nous dire que notre sensibilité pourrait parfois se trouver bloquée par la peur … par exemple la peur de percevoir – juste! Si c’est cela, sous l’influence de la peur, la perception risque bien de donner un résultat erroné. Et rétrospectivement, je crois bien qu’à chaque fois que j’ai utilisé mes perceptions dans la peur, je me suis trompé.
Probablement, il n’y a qu’un moyen pour devenir plus fiable dans la perception: s’entraîner encore et encore, pour gagner la confiance en soi et faire reculer la peur, tout en acceptant de se tromper de temps en temps. Si cela vous intéresse, je pourrais vous donner plein de petits exercices sympas pour entraîner votre perception dans la légèreté. Par exemple, dans mon jardin, je mets en terre une plante achetée en pot, ou un arbre. J’essaye de savoir comment et où cette plante a envie d’être plantée: à côté des radis ou dans la plate-bande des rosiers. Je tente aussi de trouver la directions préférée de la plante, en la tournant avant de la mettre en terre, elle va me l’indiquer par une sensation que je ne saurais vous décrire en caractères d’imprimerie.
Je vous souhaite un bon entraînement … et à bientôt.
Merci d’avance de me donner votre retour.

2 réflexions au sujet de « Est-ce ma tête ou ma sensibilité qui commande ? »

  • novembre 27, 2019 à 11:45
    Permalink

    l’extra sensibilité est un mouvement d’expansion… et notre monde actuel est souvent vécu comme une monde restrictif: pouvoir être catalogué dans une case…, agir et correspondre à un mode sociétal et j’en passe. Poussé à l’extrême je pourrais même dire que nous/je sommes poussés à être des êtres restrictifs, fonctionnant pour correspondre à des moules. Alors oui, le chemin de l’ouverture vers l’expression de l’extra sensibilité ouvre également la porte des peurs, les peurs transgénérationnelles, karmiques, collectives etc…La sensibilité me montre des chemins peu commun et il faut beaucoup de courage pour les entreprendre et les assumer, les dévoiler.. Et oui bien sûr, les peurs altèrent ma reliance à l’intelligence “divine”, me font douter, faire le *mauvais choix*. Les peurs me sont un frein dans ma foi. Parfois cependant, j’observe également que dans ma vie, certaines expériences peu confortables sont là pour me faire avancer, murir et grandir, et apprendre: était-ce vraiment alors un mauvais choix et que je me suis trompée ?? .. si mon intuition m’a guidée vers un chemin peu confortable, une expérience peu confortable je me pose et me demande ce que mon âme a besoin de comprendre pour grandir et évoluer…. J’en conclus que pour l’instant le chemin de l’évolution de l’âme a encore besoin de passer par des expériences parfois moins confortables et d’autres plus confortables. J’observe dans ma vie que finalement les expériences m’offrent la vision des multiples déclinaisons et couleur de mon âme( celle qui a peur, celle qui est joie, etc..) et que les intuitions qui ont guidés mon chemin m’ont permis de rencontrer toutes ces parts et celles que je ne connais pas encore. Et que ces parts émergentes moins agréables, ces expériences désagréables me permettent de cheminer vers l’Amour INCONDITIONNEL pour y amener la paix, la guérison, la sérénité, l’union entre ma part humaine et divine et l’évolution spirituelle continue.

    Répondre
    • novembre 28, 2019 à 8:37
      Permalink

      Je te remercie d’avoir partagé tes expériences et ton inspiration. Dans cet article, je n’ai pas voulu approfondir l’histoire de la peur. Elle cache toujours quelque chose. Et parfois, la quête pour comprendre peut être longue … je suis encore en plein dedans. Mais j’en parlerai dans un article à venir. Merci de rester fidèle

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *